Résolution sommeil avec Kid’Sleep

Cette année, je n’ai pas pris de grande résolution. Je vais continuer de faire tout comme avant mais en mieux. Je vais continuer d’aller faire du sport mais manger moins de chips après, je vais faire pousser plus de légumes dans mon jardin et je vais essayer de ne pas tirer la gueule quand ma femme essaiera de me les faire manger, je vais fabriquer plus de produits d’entretiens maison, je vais broder plus (Hum la douce odeur de l’illusion…) Bref en 2019 c’est le moi de 2018 mais avec un an de plus.

Mais surtout je vais essayer de dormir plus. Parce que je ne te cache pas qu’avec 3 enfants aussi jeune que les miens, les nuits sont souvent agitées. Je ne te parle pas des nuits catastrophiques où la gastro s’invite et où je me retrouve à changer les draps des lits, parce que mon fiston à vomi dessus, après avoir douché sa sœur car il a, là aussi, vomi dessus. Ce genre de nuit reste exceptionnelle.

En revanche il est beaucoup plus courant d’avoir des nuits écourtées par un de nos Maximonstres qui estime ne plus avoir sommeil à 5 heure et que de toute façon c’est l’heure idéale pour aller faire de la peinture. Ou toute autre activité créative…

Je vous entend déjà dire « Mais apprend de tes erreurs et couche toi plus tôt » mais n’allez pas croire que je reste éveiller devant ma console où devant Netflix jusqu’à pas d’heure. Si seulement…

Et non ma bonne dame, malheureusement pour moi je sombre extrêmement vite et il n’est pas rare de me retrouver, dès 22h, endormi sur le canapé, ma broderie dans les mains et pratiquant l’auto-spoil (L’auto-spoil est une technique de spoiler qui consiste à s’endormir devant une série sur Netflix et se réveiller deux épisodes et demi plus tard juste au moment d’une scène clé.)

Ne pouvant décemment pas commencer ma nuit de sommeil sur mes heures de boulot, j’en suis venu à une conclusion purement élémentaire : c’est le comportement des enfants que je dois modifier.

J’ai rapidement passé en revu quelques idées et j’ai, un peu à la hâte, écarté toutes les méthodes à base de somnifère, drogue et alcool. Non pas par éthique mais bien par pur raison économique. Trois enfants à droguer au lexomil, en comptant l’accoutumance et l’inflation, d’ici 5 ans la nuit de sommeil va me revenir à 22 euros (Oui, je suis un bon papa car je suis un papa prévoyant).

Et puis je me suis souvenu d’un technique qu’employaient les moniteurs lors d’une colonie de vacance. Dans nos dortoirs, il y avait un dessin de lune accroché au mur. Tant que c’était ce dessin, il n’était pas l’heure de se lever. Et lorsqu’il était remplacé par un dessin de soleil, nous pouvions nous lever.

C’est exactement ça qu’il me fallait : un indicateur de réveil pour dire à mes enfants si oui ou non il est l’heure de se lever. Cela avait marché avec moi lorsque j’étais plus jeune, pas de raison que ça échoue avec mes enfants.

Le réveil Kid’Sleep Clock

Une fois que je savais ce que je cherchais, et bien… Je n’ai pas eu à vraiment chercher. En fait ma femme avait déjà trouvé la solution grâce à son réseau de copine maman. Elle me l’aurait dit un peu plus tôt je n’aurais pas eu à chercher une liste de drogue capable d’anesthésier un cheval ou encore calculer le prix sur 5 ans d’un usage quotidien de Lexomil. Mais que voulez vous, c’est une maman, elle a forcement un temps d’avance sur son conjoint lorsqu’il s’agit d’acheter des choses.

J’ai donc découvert le réveil Kid’Sleep Clock.

A première vu il ressemble bien à ce que l’on attend d’un réveil. Des aiguilles, une douzaine d’heures alignées dans un cercle régulier. Autant vous dire que vous ne serez pas trop dépaysé.

Alors en quoi est-il différent d’un réveil classique ?

Si tu es malin tu as déjà compris : c’est un indicateur de réveil.

C’est à dire que le réveil va indiquer à l’enfant si il est trop tôt ou non pour se lever. La nuit un petit dessin d’enfant endormi est allumé, en plus de servir de petite veilleuse pour rassurer les enfants, cette illustration lui indique que non, ce n’est pas une heure décente pour aller demander à papa « combien elle pèse la Terre ? ».

L’aiguille de l’alarme permet également à l’enfant d’évaluer si il lui reste encore beaucoup de temps à dormir ou peu.

En revanche une fois qu’il est l’heure de se lever, c’est l’image d’un enfant en train de jouer qui est allumée. En se réveillant l’enfant sait qu’il peut maintenant aller réveiller papa qui dans un grognement se maudira d’avoir régler l’heure du levé si tôt.

Réveil, mais pas que

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un réveil. À l’heure pré programmé le réveil sonnera pour tirer brusquement de son sommeil votre charmant bambin (Œil pour œil). Mais pas de panique, il existe également le mode silencieux qui ne réveillera pas l’enfant et le laissera dormir autant qu’il veut, en indiquant simplement si c’est l’heure ou non de se lever.

Je m’arrête quelques instant sur les 3 « alarmes » de réveil disponible : Un chant d’oiseau, pour des réveils doux et calme. Un coucou suisse, pour des réveils un peu plus tonique mais certe un peu tendu. Et enfin… Un train.

Je ne sais pas qui a eu un jour l’envie, le fantasme, de se faire tirer du sommeil par un bruit de train déboulant à toute allure dans sa chambre, crachant vapeur et fumé, accompagné du sifflement annonciateur d’un danger immédiat… Toujours est-il que les deux fois où on a voulu tester ce réveil, ma fille a fini en pleure, terrorisé d’avoir ainsi été tiré de son sommeil.

Bref, le petit oiseau est cool.

Les résultats chez nous

Tu te demandes du coup si j’ai réussi à glaner quelques heures de sommeil bien méritées depuis l’acquisition de ce réveil ?

Les premiers temps, oui. Ma fille s’est montrée très scrupuleuse avec le respect des règles de son nouveau réveil. Elle allait se coucher avec enthousiasme, heureuse de guetter la petite figurine endormie, et ne se levée pas tant que ce n’était pas l’heure.

Jusqu’au jour où…

Elle compris comment régler (ou plutôt dérégler) l’heure de l’alarme. Il nous est arrivé à quelques reprise de la voir se pointer à 3 heures du matin, son réveil sous le bras, nous annonçant que le petit bonhomme lui donné le droit de se lever.

Je vous rassure c’est maintenant quelque chose de terminé, elle ne touche plus à son réveil pour le dérégler (depuis qu’elle a, par erreur, activée la sonnerie du train) et respect plus ou moins l’indicateur de levé. Car oui ce réveil est vraiment pratique, mais il n’est pas pour autant magique. Il ne va pas s’occuper d’endormir lui même vos enfants, il ne va pas les empêcher d’avoir des insomnies, de faire des cauchemars, d’avoir des accidents de pipi, etc…

Toute les nuits ne seront pas parfaite, ça fait partie du job de parent et on le sait dès le début. Alors oui ça fait partie du jeu de se lever à pas d’heure pour changer des draps après un vomito. Mais il y a aussi des réveils qui sont plus sympa, comme quand en plein milieu de la nuit ton fiston te réclame un câlin et te glisse un « je t’aime papa » dans l’oreille avant de sombrer sur ton coussin.

En bref

Le réveil Kid’Sleep a vraiment diminué les réveils nocturnes de nos marmots. Mais ce n’est pas un réveil magique qui va rendre toutes vos nuits parfaites. Et tant mieux, parce que c’est aussi ça être parent. Et après tout, si on n’avait plus aucune galère nocturne, on ne pourrait plus se plaindre devant nos collègues qui n’ont pas d’enfant.

Vous pouvez trouver toute les informations utiles sur cette gamme sur le site Kid’Sleep ou sur le site de leur distributeur en France : Pabobo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.