C’est ma faute…

J’aime écrire des trucs. Oui !
Alors j’écris des trucs.
Et comme je n’écoutais pas en classe, je fais des fautes. Pleins…
Moins qu’il y a 10 ans, certes, mais je fais toujours de fautes.

Rares sont ceux qui n’en font pas, mais parfois, mes écrits croisent les yeux d’un maître es grammaire, et, comme ses yeux saignent, il ne peut s’empêcher de le signaler en pointant publiquement la chose. En commentaire. Comme ça. Parfois même avec une petite moquerie, une pointe d’ironie.

Je me demande si, être bon en orthographe, ne leur aurait pas provoqué une atrophie cérébrale qui pompe la délicatesse sociale. Notez que je me cogne de leur ironie comme de ma dernière dictée. Il y a longtemps, très longtemps, cette mauvaise orthographe m’a empêché d’écrire. Comme une retenue. Comme un bègue hésitant à prendre la parole. Mais, avec l’âge, je mets mon amour propre ailleurs.
Est-ce que je pointe publiquement l’état de leurs ignorances quant à la différence entre un rond point et un sens giratoire ? Non. J’aligne des lettres, qui font des mots, qui font des phrases, qui ont (parfois) un sens malgré un S manquant ou un R en trop.

Ce qui me laisse perplexe, c’est qu’une grande partie de ces champions du COD n’écrivent rien. Jamais. Ou si peu. Du coup, je me demande à quoi cela leur a servi d’avoir écouté en classe, de maîtriser les arcanes de la conjugaison, des exceptions si c’est juste pour lâcher des « bon sang de bois ce n’est pas compliqué de comprendre que c’est 2 P et 1 seul L, sauf si c’est après un COI transitif. Faites attention, par respect. ». Oui. Quel gaspillage. Moi, je fais des fautes, mais j’écris des trucs. Oui. Je fais des fautes comme la plupart des élèves qui étaient en classe avec moi. Mais parce que je me suis détaché du dictât des premiers de la classe, j’ose écrire.
Attention, je ne dis pas qu’il faut mépriser l’orthographe et sa copine la grammaire. Non. Un texte est bien plus clair quand il est sans fautes. Mais nous ne sommes pas tous égaux face à la maîtrise de la chose, comme nous ne sommes pas tous faits pour courir le 100 mètres en moins de 12 secondes. Je dis simplement que lorsque l’on voit des fautes, il est complètement kon d’ironiser en commentaire public.

Oui, je sais, j’ai mis un K à con, est-ce que c’est moins percutant pour celui qui va le prendre pour lui ? Je ne sais pas…

3 commentaires sur “C’est ma faute…

  1. Te voila bon pour nous expliquer la différence entre rond-point et giratoire…

    De nos jours, tout le monde fait des fautes. Tant que ça reste lisible, il ne faut pas trop chercher la petite bête.
    Perso, j’adore te lire, orthographe nickel ou pas.

  2. Bonsoir cher papa blogueur,
    La langue française n’est pas facile, c’est vrai. Quand on l’aime, on a du mal à la voir écorchée à tous les coins du web, j’en fais partie. Mais aller jusqu’à faire des commentaires méchants sur un blog c’est complètement kon, je suis d’accord 🙂
    Alors tout mon soutient et tant pis pour les fautes qu’il peut y avoir. On en fait tous et ceux qui prétendent le contraire n’ont qu’à aller faire la dictée de Bernard Pivot et s’en sortir avec un sans faute. Ou faire du soutient scolaire auprès d’élèves dys*
    Petite pub au passage pour un excellent logiciel; Antidote, le remède à tous vos mots! 😉
    Bonne continuation

  3. bonjour,
    tout d’abord bonne année.
    Je suis tombé par accident sur votre site, bravo. Je ris encore des perles de l’auto école.

    Concernant le sujet ci dessus, je me permets de réagir car c’est un sujet qui me tient à cœur (mon coté vieux con de 44 ans je présume…..:-))
    Mes enfants étant respectivement en CM1 et en 6ème, je suis à fond dans les pronoms et autres adjectifs, domaine pour lequel j’avais de bonnes dispositions….en fait, j’attendais avec impatience les jours de dictées….Oui je sais, c’est con….
    Tout d’abord un petit correctif. Nos chères têtes blondes, brunes ou rousses ne parlent plus de COD ou de COI, ils parlent maintenant de prédicat, ce qui me perturbe car le nom est beaucoup moins représentatif mais bon, la réforme….

    Pour poursuivre sur le sujet qui nous intéresse, je suis un défenseur ardus de l’orthographe. Je ne supporte pas un texte plein de fautes. Au niveau professionnel, un texte bourré de fautes dénote d’un manque de sérieux et laisse présager d’un manque de qualité du travail, ou tout du moins le fait sous entendre.
    Le problème c’est qu’aujourd’hui « les jeunes » ne le voient pas ainsi. Je travaille avec un mec de moins de 30 ans qui ne veut pas comprendre que passer derrière son travail est très compliqué car ses dossiers sont remplis de fautes dans 99% des cas. Sa réponse, c’est « Tant que je me comprends…. ». Oui d’accord, mais pour les autres….
    Un exemple. Quand il écrit « Un client à rappeler » alors que la vrai orthographe est « un client a rappelé » et bien le sens de la phrase est totalement différent et laisse le doute sur ce que je dois faire ou pas quand il n’est pas là….
    C’est un exemple parmi d’autre, mais il est assez parlant. Je conçois que nous ne soyons pas tous égaux face à la compréhension de l’orthographe. Il est d’usage de dire que la langue française est très compliquée. Mais cela n’empêche pas de faire un effort pour la compréhension de tous, surtout qu’à notre époque, nous n’avions pas toutes la technologie de maintenant (ordinateur, correcteur d’orthographe, moteur de recherche). Nous avions le bon vieux dictionnaire et il fallait faire avec.

    Merci pour votre lecture

    Bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *