Le sac à Griottes

 

Depuis bien longtemps, ma gamine a une passion pour les sacs.

Sac à dos, sac en bandoulière, sac à main… Tout y passe.

Mais dans son plus grand malheur il lui manquait un sac de sport. Un sac plus grand, qui pourrait servir pour aller au judo mais aussi pour emmener de quoi tenir lors des week-end chez mamie.

Et ça tombait plutôt bien car le site Les Griottes m’a proposé de tester un de leur sac polochon.

Les griottes c’est un site de cadeaux (de naissance et pour enfant) personnalisables.

Voilà l’occasion de compléter sa collection tout en assouvissant une autre de ses passion : voir son nom écrit sur des objets.

Nous nous sommes donc penché sur la création de ce sac. Maman Ours a proposé de prendre la couleur pêche. C’était purement consultatif mais j’ai finalement pris la couleur pêche, puisque de toute façon je savais que c’était ce qui irait le mieux vu qu’elle l’avais dit et qu’à la maison c’est elle qui a du goût.

Idem pour le motif. Madame jette un rapide coup d’œil à la liste et lance un très neutre « elle est jolie la plume ».

Moi, pas fou, je choisi d’incruster la plume.

Il me restait alors à choisir un texte personnalisé qui ne ferait pas tâche avec le bon goût de madame.

Exit les références à Jurassic Park ou Retour vers le futur. Je vais devoir faire sobre. Mais pas banal.

« Le sac à Léo »

L’air de rien, ces quelques mots permettrons de faire briller ma gamine en société grâce à une petite astuce.

Comme tu l’auras constaté, si tu as un minimum suivi tes cours de Français au collège, ce texte contient une erreur de syntaxe. On ne devrait pas dire « Le sac à Léo » mais « Le sac de Léo ».

En effet, l’appartenance montrant la relation qui existe entre un nom ou un groupe nominal d’une part et un nom d’objet, de chose ou de personne d’autre part est introduite par de (ou ses dérivés de la, du ou des).

En revanche l’appartenance montrant la relation qui existe entre un nom ou un groupe nominal d’une part et un pronom personnel d’autre part est introduite par à.

Pour résumer, on ne dit pas fils à pute.

Alors pourquoi une si grosse erreur de syntaxe, et volontaire qui plus est ?

Et bien pour le style ma bonne dame ! Et pour combattre à la racine un mal abjecte : les grammar nazis !

Vous en avez sans doute déjà croisé sur internet, peut être même dans la vraie vie.

La faute les obsède. Ils passent des heures sur les réseaux sociaux à traquer le participe défaillant et le moindre « s » manquant. Ils prennent un plaisir tout particulier à corriger les « fauteurs » en les humiliant publiquement.

Pour les calmer un peu, il ne me restait plus qu’à faire apprendre une phrase par cœur à la principale intéressée.

Chaque fois que quelqu’un fait une remarque sur son sa, il lui suffit de sortir ce petit refrain :

« C’est un solécisme. Une forme d’anacoluthe. »

Là normalement le grammar nazi est neutralisé, car la plus part ont fait l’impasse sur les figures de style lors de leurs études. Et cela se remarque facilement car ils n’ont pas grand chose à dire. A part reprendre les autres, jamais on ne les voit écrire des choses plus sensée que « bordel c’est pas compliqué de retenir qu’il ne peut pas y avoir de complément circonstanciel si le verbe est transitif. »

une fois l’énergumène maîtrisé, contournez le et passez votre chemin.

 

Pour résumer, Le sac polochon disponible ici est un très bon moyen d’offrir à vos marmots un cadeau vraiment unique et personnel.

Que vous débordiez d’imagination ou pas, vous pouvez laisser libre cours à vos envies.

C’est un sac pratique, solide et fait pour durer. Il est en lin enduit et se nettoie donc très facilement.

De plus c’est une fabrication française, et ça c’est vraiment chouette.

 

Seul petit bémols concernant ce sac : on regrettera la contenance ne pouvant contenir qu’un demi enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *