large

Don’t worry, it’s theory ! #1 La reine des neiges

Depuis quelques temps je souhaite partager avec vous certaines théories qui foisonnent autour des films, et dessins animés, qui font le bonheur de nos enfants.

La théorie autour des films Pixar est la plus connues, et nous en parlerons peut-être un jour, mais aujourd’hui on va s’attaquer au dernier gros succès de Disney.

Comme de nombreux parents, je n’ai pas pu passer à côté du phénomène « Reine des neiges » !

Et comme je suis resté un grand enfant, j’ai bien entendu pris le temps de regarder ce film.

Certes, je suis resté un grand enfant, mais un enfant pointilleux, qui aime chercher la petite bête, qui recoupe les informations, relève les contradictions…

Alors je ne sais pas vous mais moi il y a un truc qui me chagrine dans ce Disney.

On a rarement vu un méchant avec aussi peu d’envergure que Hans.

119749

Comment cela se fait-il  ? Est-il vraiment le méchant que le film veut nous le faire croire ?

Et ici je vais tenter de vous démontrer que non, Hans n’est pas le vrai méchant du film !

Qui est vraiment l’antagoniste de ce Disney ?

Quelles sont ses motivations ?

Avec quels indices arrive-t-on à ce raisonnement ?

Don’t worry, it’s theory !

Et tu t’en doute sûrement mais de part le fait on va méchamment spoiler le film de bout en bout

La vérité est dans les chansons !

Contrairement à Gaston (La Belle et la Bête), ses muscles et son gros fusil, Hans est un prince qui semble surtout extrêmement sincère quant à ses sentiments pour Anna.

Pour Gaston, il semble plutôt draguer Belle pour l’ajouter à sa liste de conquêtes.

Pour revenir à Hans,  cela ne vous paraît pas étrange que l’héroïne et le vilain chantent ensemble ?

C’est la première fois que cela arrive dans un film Disney. Raiponce ? Mère Gothel chante seule, Raiponce ne fait que « subir ». Certes, on pourrait tenter le coup avec La Petite Sirène, mais Ariel ne chante que sur l’injonction d’Ursula, pas longtemps et surtout ne reprend aucune des paroles de la sirène-pieuvre.

Et vous ne l’avez peut-être jamais remarqué, mais dans une chanson Disney, personne ne ment !

Et surtout pas un vilain, puisque c’est généralement pour lui l’occasion de dévoiler son plan diabolique.

Alors pourquoi Hans ne chante pas :
« Je l’avoue, je ne t’aimes pas,
Tu te demandes alors pourquoi je suis près de toi ?
Eh bien si tu cherches un homme, 
Moi je cherche un royaume !« 

Le seul défaut qu’il reproche à Anna, c’est de ne pas l’avoir rencontré avant. Il l’aime réellement, parce que…

« L’AMOUR AU PREMIER REGARD »

Le coup de foudre au premier regard, chez Disney, c’est un fait aussi établi que l’existence de la force dans Star Wars.

Que ce soit Ariel, Cendrillon, Blanche-neige… pas besoin de se tourner autour trop longtemps pour que l’amour fou ne naisse.

La preuve, dans Pocahontas, ça permet à un anglais du XVIIème siècle parlant l’américain moderne et une princesse indienne de passer outre la barrière du langage et de se comprendre totalement. 

Et, dans La Reine des Neiges, la première rencontre entre Hans et Anna vaut largement tous les mots.

Pour le coup, si ce n’est pas le pur cliché de « l’amour au premier regard », on ne voit pas ce qu’il vous faut…

De plus, ils vont bien ensemble, et non seulement parce qu’ils sont adorables au point de nous donner envie de broyer des nuques de lapereaux pour retrouver un peu de masculinité. Mais de plus, au lieu de se jeter directement au visage des « Je t’aime ! » « Moi aussi !« , comme dans tout bon film Disney qui se respecte, ils commencent par se plaindre l’un-l’autre comme étant les vilains petits canards de leur royale famille respective.

Puis, au fil du temps, leur relation évolue. Jusqu’à cette scène. Jusque-là tout le monde voit en eux le couple parfait. Et c’est là où quelque chose cloche…

Alors, comme ça, tout ce qu’il avait fait jusque-là, c’était UNIQUEMENT pour prendre le contrôle du royaume d’Arendelle et qu’il était super-vilain, c’est un des pires antagonistes au MONDE, et tout ça parce que…

IL NE FAIT QU’ALLER À L’ENCONTRE DE SES PROPRES PLANS

Tout d’abord, on n’entend JAMAIS Hans monologuer sur le fait qu’il souhaite prendre le contrôle d’Arendelle devant ses sbires (une des principales caractéristiques des méchants certifiés Disney).

Alors, okay, d’accord, il parle à un moment d’organiser un petit accident à l’intention d’Elsa (genre précipiter le réchauffement climatique), mais alors, pourquoi lui sauve-t-il la vie autant de fois ?

Quand elle prend la fuite, il propose de monter une expédition de secours, uniquement pour rester derrière parce qu’Anna lui demande de diriger le royaume durant son absence. Bon, okay, n’importe quel abruti finit à l’acide en est capable, Jafar et Scar en sont la preuve. Mais que fait-il quand le cheval d’Anna revient ? Au lieu de se la jouer « Bon, ben… Roi légitime, sortez l’alcool, faites venir les strip-teaseuses, on fait la fête !« , il part lui-même chercher Elsa !

Il arrive jusqu’au palais de glace d’Elsa et empêche alors le Duc de Weselton de faire un carton. Puis, il la défend de toutes les diffamations, en préservant son autorité de Reine. Enfin, il plaide pour prolonger sa vie à chaque instant. Ce doit être le PIRE régicide au monde.

De plus, pourquoi a-t-il cramé sa supposée « couverture » au dernier moment ? C’est débile ! Pourquoi ne peut-il A LA FOIS aimer une femme ET diriger un royaume – Ah, on nous indique dans l’oreillette que chez Disney, les grands méchants usurpateurs sont obligatoirement célibataire.

En partant sur le principe qu’il n’ait pas fait l’imbécile et n’ait pas dévoilé ses plans, deux possibilités apparaissent :
– Ou le baiser marche et il est prince consort, puis roi et cela de façon légitime.
– Ou le baiser rate, mais personne ne s’en rend compte. Il continue à se prétendre amoureux d’elle, se marie avec elle puis la pleure au moment où elle se transforme gentiment en viande froide, avant de conquérir le trône.

Sauf qu’embrasser Anna serait aller à l’encontre des plans d’un groupe œuvrant dans le plus grand secret…

Et ce même groupe a changé le cœur de Hans, afin de l’empêcher d’aimer Anna. Mais qui en est capable ?

LES TROLLS ONT LE POUVOIR DE CHANGER L’ESPRIT ET LE CŒUR DES GENS

On sait d’eux qu’ils sont capables de soigner, et d’altérer la mémoire des gens, d’un simple mouvement de main. Quand on les voit, ils sont mignons, ressemblent vaguement à des patates accoutrées en Peter Pan et sur lesquelles on a collé des brins de paille.

troll

Et pourtant, quand le Roi d’Arendelle fait des recherches sur les Trolls, dans un ancien livre, que trouve-t-on ? Une image bien inquiétante, qui fait penser à Grandpa, le chef des Trolls.

rune

Il ressemble au chef des Trolls, certes, mais un Grandpa démoniaque, maléfique, semblant accomplir quelque sombre rituel au-dessus d’une sorte de noble, un chevalier semble-t-il. Et il semble qu’il s’agit là de la seule façon dont on se souvient d’eux, malgré leur apparence aimable et inoffensive.

CE SONT LES VÉRITABLES « GÉNIES DU MAL » DU FILM

Jusque-là, vous vous dites « Ouais, mais quel rapport avec Hans ? » C’est simple ! Il est en travers de leur chemin ! Ce qu’ils veulent, c’est que « son » happy ending devienne celui de la personne que EUX ont choisi… Qui est Kristoff !

Il n’y a pas la même alchimie entre Kristoff et Anna que celle entre Anna et Hans. Toutefois, cela n’empêche pas Kristoff de ramener Anna chez les Trolls pour que ces derniers la soignent, et ces derniers en profitent pour les marier rapidement, après un numéro de comédie musicale.

wedding

Plus sérieusement… Vous avez fait attention aux paroles des Trolls, quand ils parlent d’Anna ?

« Elle n’est que fiancée
Tout ça peut s’arranger…
Oui, d’autant plus qu’elle n’a pas de bague ! 
[…] Débarrassons-nous du fiancé
Et là tout sera réglé !« 

Et avant même la fin de la chanson, on a un prêtre Troll qui commence à les marier ? Okay, on veut bien sur le coup de « l’amour au premier regard », mais là…

Les Trolls se moquent totalement de savoir ce que vit Anna, quelle est son histoire et surtout le fait qu’elle soit fiancée. Pire encore, ils annoncent leurs intentions de façon claire, comme un bon méchant de Disney le ferait, en parlant de se « débarrasser du fiancé ».

Enfin, ils annoncent que, pour guérir totalement Anna, il est nécessaire qu’elle reçoive un véritable baiser d’amour. Et que fait Kristoff à cet instant ? Rien. Parce qu’il n’est pas amoureux d’elle. Et elle de lui. Le happy ending n’est pas pour ce couple. Les Trolls s’en moquent, et les forcent à s’unir. Mais pourquoi ?

LA GUERRE FROIDE FACE À ELSA

A aucun moment les Trolls ne proposent de guérir Elsa de ses pouvoirs. Au contraire, ils les qualifient de « malédiction », présageant de grands dangers. Et Elsa est dangereuse, en effet. Car elle crée la vie, à deux reprises. Elle laisse aussi le pouvoir changer ses principes moraux, au point de laisser son ogroïde bonhomme de neige pratiquement tuer sa sœur. Elle a le potentiel d’une Reine Maléfique extrêmement puissante

elsa

Et donc, il est nécessaire que les Trolls aient quelqu’un à la cour d’Arendelle capable de contrebalancer son pouvoir, qui sera… Kristoff, qui devient alors un agent involontaire de leur magouille. Tout ce qui les gêne, c’est Hans. Comment s’en débarrassent-ils ? Ils suppriment littéralement le happy ending de Anna et Hans, ainsi que leur véritable amour, ce qui fait partie des forces les plus puissantes de l’univers Disney.

Et de quelle façon ? En transformant l’infection cryo-cardiaque d’Anna en un piège destiné à son véritable amour. Au moment où Hans se prépare à embrasser Anna, et donc à prouver son véritable amour, le piège se referme, et le rend instantanément cruel et indifférent. Ainsi, Kristoff a le champ libre : happy ending, Anna est guérie, Elsa contrôle ses pouvoirs.

Mais il reste une victime : Hans. Il n’est en rien responsable de ce qui lui est arrivé, pire encore : il ne comprend pas ce qui lui arrive.

kiss

Il a été victime du sort des Trolls. Quand Anna affirme que la seule personne avec un cœur de glace présent sur les lieux n’est autre que Hans, elle ne sait pas à quel point elle a raison.

EN FIN DE COMPTE…

Les Trolls ont littéralement manipulé le destin du couple original de l’histoire, uniquement pour s’assurer qu’Elsa ne devienne pas un danger. Certes, vous pouvez vous dire que c’est un mal pour un bien, mais Hans n’est alors perçu que comme un méchant lambda, sans véritable substance. Et surtout, alors qu’il était un personnage qui se battait contre son destin de « dernier de la fratrie », de « vilain petit canard », et donc sur le point de devenir un Prince Charmant, un vrai de vrai, une bande de trolls (au sens Internet du terme) lui a coupé l’herbe sous le pied, avant de lui mettre une claque en lui disant « Nope« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *