1610911_10205487000365878_3654248764170399909_n

Mais qu’est-ce que tu nous chantes là ? Il était une bergère

Il y a presque un an de cela, avec mon comparse Journal de guerre d’un père qui galère, nous décryptions les comptines de vos charmants bambins afin de broyer au mortier votre douce candeur maternelle.

Alors je vous re propose ça ici car elles sont en train de se perdre dans les profondeurs de facebook.

Et aujourd’hui on va y aller franco et taper directement là où vous ne voyez que tendresse et poésie.
Aujourd’hui c’est la bergère qui y passe. Vous savez celle avec ses moutons (et ron et ron petit patapon ? )…

 

1610911_10205487000365878_3654248764170399909_n

Dans un premier temps mettons nous d’accord sur la version utilisée. Car comme souvent, vous le constaterez vite, vous ne connaissez que la première partie de la chanson.
Nous analyserons donc ce texte précisément :

Il était une bergère
Et ron et ron petit patapon
Il était une bergère
Qui gardait ses moutons, ron ron
Qui gardait ses moutons

Elle fit un fromage,
Et ron et ron petit patapon
Elle fit un fromage
Du lait de ses moutons, ron, ron,
Du lait de ses moutons

Le chat qui la regarde,
Et ron et ron petit patapon
Le chat qui la regarde
D’un petit air fripon, ron, ron,
D’un petit air fripon

Si tu y mets la patte
Et ron et ron petit patapon
Si tu y mets la patte
Tu auras du bâton, ron, ron,
Tu auras du bâton

Il n’y mit pas la patte
Et ron et ron petit patapon
Il n’y mit pas la patte
Il y mit le menton, ron, ron
Il y mit le menton

La bergère en colère
Et ron et ron petit patapon
La bergère en colère
Tua le p’tit chaton, ron, ron
Tua le p’tit chaton

Elle fut à confesse
Et ron et ron petit patapon
Elle fut à confesse
Obtenir son pardon, ron, ron
Obtenir son pardon

Mon père je m’accuse
Et ron et ron petit patapon
Mon père je m’accuse
D’avoir tué mon chaton, ron, ron
D’avoir tué mon chaton.

Ma fille pour pénitence
Et ron et ron petit patapon
Ma fille pour pénitence
Nous nous embrasserons, ron ron
Nous nous embrasserons.

La pénitence est douce
Et ron et ron petit patapon
La pénitence est douce
Nous recommencerons, ron ron
Nous recommencerons.

 

 

Mais comment ? Vous êtes déjà choqué d’apprendre que le chat meurt ? Oh mais vous êtes trop choupinou tellement vous êtes crédule… Car comme souvent, dans les comptines, il n’y a pas réellement d’animaux.

Alors déjà êtes vous choquez que l’on obtienne du lait de mouton ?
Un mouton !!
Mais bordel vous avez déjà vu du lait de mouton ? On ne parle pas de brebis ici, on dit bien mouton…
Si vous avez une ferme pédagogique proche de chez vous je vous invite à aller voir comment c’est foutu un mouton vu de dessous.

Du fromage de mouton donc ? Sérieusement ? Alors je ne suis pas un expert du monde agricole, mais si on tente de traire un mouton, je suis quasiment certain que l’on n’obtiendra pas du lait. Et je suis même encore quasiment plus certain que ce qui en sort ne sera pas dans des quantités suffisante pour en faire un fromage…

Donc premier postulat : il n’y a pas réellement de fromage. Mais pourquoi en parler alors ?
Je vous préviens par avance, les lignes qui suivent vont vous apprendre un expression française peu connu, et par la même révéler toute la profondeur de cette sordide comptine. Il est encore temps d’arrêter ici votre lecture…


Bon…
Vous êtes encore là ?
Alors voici notre minute culture.
L’expression « laisser le chat aller au fromage » s’applique, dans notre chère langue française, à une jeune fille ayant cédé aux empressements d’un homme avant le mariage.
Rien que ça…
En réalité, depuis au moins le XVIe siècle, le ‘chat’ désigne le sexe féminin. Ce n’est qu’au début du XIXe qu’il est devenu la ‘chatte’ par simple féminisation du mot précédent, en raison du sexe de la propriétaire.
Cette appellation vient d’un calembour car le mot caractérise un animal poilu, certes, mais qui se prononce aussi comme le ‘chas’ d’une aiguille, donc un trou ou une fente.

Le fromage a quand à lui le symbole de la tentation, tout comme dans la fable du corbeau et du renard.

Maintenant que vous voyez bien que représente le chat, vous devinez aisément la vrai nature du fromage…

61fOm4VdWWL._SY355_

Pour en revenir non pas à nos moutons mais bien à leur bergère, celle ci vient donc, malgré ce qu’il semble être de la réticences (elle interdit au chat d’aller au fromage), de perdre sa virginité (c’est donc bien « ça » qu’elle tue), et désir se confesser à l’église pour son péché.
Et notre grivois ami ecclésiastique voit ici une occasion d’abuser à son tour de la crédulité (oui oui en lui resservant une dose de fromage c’est bien cela !) de la jeunette.

Alors elle est toujours aussi choupinette cette comptine ?

4 commentaires sur “Mais qu’est-ce que tu nous chantes là ? Il était une bergère

    1. Alors je vous invite à vous rendre dans une fromagerie et de demander du fromage de mouton, puis vous pourrez à loisir admirer la tête déconfite et méprisente du commerçant.

      En revanche la brebis, qui est la femelle du mouton comme le précise votre lien, oui nous pouvons en tirer du lait.

      De même que nous différencions boeuf et vache, brebis et mouton sont des termes qui connote le sexe de l’animal.

  1. Pour moi, « mouton » est un mot générique : le monsieur mouton est le bélier, la madame mouton est la brebis, l’enfant mouton est l’agneau…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *